Sports

Football : La Côte d’Ivoire est toujours en attente d’un président pour sa fédération

Après avoir été mis sous tutelle par la FIFA en 2020, la fédération ivoirienne de football se retrouve sans président à sa tête depuis le printemps de cette même année. En Novembre prochain se tiendra une élection pour décider qui sera apte à endosser ce rôle. Un rôle qui intéresse un certain Didier Drogba.

Le 16 mai 2020 devait révéler le nom du nouveau dirigeant de la fédération ivoirienne de football (FIF). Seulement, les différentes crises ayant touché le pays ont retardé de plus d’un an cette élection. Un retard laissant un pays en première ligne du football africain sans président de fédération. Cependant, cette attente va bientôt prendre fin puisque la situation semble s’apaiser aujourd’hui. Qui est aujourd’hui pressenti à occuper ce poste ? En août 2020, Didier Drogba s’était rapproché de la FIF pour déposer sa candidature. La demande de l’ancien capitaine de l’équipe nationale de Côte d’Ivoire n’a cependant pas été retenue à la surprise de l’ex joueur professionnel. Celui-ci est alors allé saisir la FIFA pour contester cette décision et comprendre pourquoi il ne pouvait pas postuler à l’élection.

La réaction de la FIFA ne s’est pas fait attendre. En effet, au regard des difficultés financières de la FIF et de cette décision prise d’évincer Drogba sans raison valable, elle plaça la fédération ivoirienne sous tutelle jusqu’à nouvel ordre. La cause officielle de cette mise sous tutelle est la suivante : “incapacité à organiser une procédure électorale conforme aux exigences statutaires et réglementaires de la FIFA”.

Trois candidats en lice pour l’élection de Novembre

Aujourd’hui, les tensions sont apaisées. La FIFA s’est invité à l’organisation de ces élections qui se tiendront au mois de novembre prochain. En lice, trois profils pour reprendre les rênes de la FIF. D’un côté, Didier Drogba, comme prévu, Sory Diabaté, ancien président de la FIF et Idriss Diallo, lui aussi ayant occupé cette fonction auparavant.

C’est un appel au calme qui a été lancé en marge de ces élections pour ne pas revivre les tensions de 2020. Que ce soit la FIF, la FIFA ou encore les médias, tous tentent de calmer le jeu pour faire en sorte que chaque candidat part sur un pied d’égalité et ont toutes leurs chances d’être élu. Reste donc à voir comment ces élections se dérouleront en novembre prochain.

Autres articles à voir

Bouton retour en haut de la page